Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, envoyé de la paix ?

L'émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, entame une visite officielle à Paris de deux jours. Au centre de ses discussions avec le président Emmanuel Macron, le conflit qui secoue le Moyen-Orient et dans lequel cette monarchie controversée s’est imposée comme un médiateur incontournable.

Souverain du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, 42 ans, effectue une visite officielle de deux jours, du 27 au 28 février 2024, Il s’agit du premier déplacement officiel en France du monarque. Selon le Palais de l’Elysée, il doit rencontrer le Président Emmanuel Macron afin de discuter une nouvelle fois avec lui du conflit qui secoue le Proche et le Moyen-Orient. Les deux hommes s'étaient déjà vus en décembre denier à ce sujet, à Doha, capitale du Qatar.

Une monarchie devenue incontournable pour l'Occident

Depuis l’attentat du 7 octobre 2023, la monarchie qatari est devenue incontournable, louée par de nombreux pays qui salue les efforts de médiation qu’elle poursuit afin de convaincre Israël et le mouvement Hamas de signer une trêve. Contacté, un responsable de la présidence a souligné que l'engagement du Qatar dans la libération des otages était qualifié de prioritaire par le gouvernement français. D’autant que trois franco-israéliens demeurent encore otages entre les mains du mouvement terroriste Hamas dont les bureaux sont situés à Doha. Un soutien qui pose d’ailleurs de nombreuses questions alors que la monarchie est régulièrement accusée de financer le mouvement palestinien et d'exercer une forte influence dans l'Hexagone à travers de nombreux domaines. Une ambiguïté que balaye les Occidentaux, notamment les États-Unis, qui peine à faire entendre la voix de la paix dans cette guerre et qui ne peuvent se passer de l’aide de cet Emirat comme d'autres monarchies arabes (telle que la Jordanie). 

La France priviligie la paix au détriment de la guerre 

Selon le magazine L’Opinion, en marge de cet entretien, les deux chefs d’Etat devraient également conclure de nouveaux contrats d’armement très importants. Cette visite de l’émir Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, monté sur son trône en 2013, sera aussi couplée d’une rencontre avec le Président de l’Assemblée nationale (Yaël Braun-Pivet), la Présidente du Sénat (Gérard Larcher), de la maire de Paris (Anne Hidalgo) et avec le Premier ministre (Gabriel Attal) avec lequel le souverain qatari devrait déjeuner. 

Emmanuel Macron et Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani devraient également aborder la possibilité d’un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, durant le mois du Ramadan, ainsi que les solutions possibles afin d’accroître l’aide humanitaire en faveur des Palestiniens dont beaucoup ont été les victimes innocentes des représailles militaires israéliennes. Récemment, lors d'une interview accordée à la chaîne de télévision Al Jazeera, l'émir a déclaré à ce propos « que tuer et déplacer des Palestiniens franchissait une ligne et ne pouvait être accepté ». Le président français, quant à lui,  souhaite donner un « élan décisif et irréversible de mise en œuvre d'une solution à deux États, la seule solution viable pour la sortie de crise », comme le martèle l'Élysée. Une proposition à laquelle ne souscrit pas Israël.

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 28/02/2024

Ajouter un commentaire