Abdallah II réclame la création d'une Palestine libre et indépendante

Alors que les récentes violences à Gaza ont exacerbé les tensions au Moyen-Orient, dans un discours prononcé au parlement, le roi Abdallah II de Jordanie a insisté sur la nécessité de créer un État palestinien souverain et indépendant. Un principe défendu par la communauté internationale elle-même dans le cadre des efforts de paix dans la région.

Dans un discours devant les députés à l'ouverture d'une nouvelle session parlementaire le 11octobre 2023, le roi Abdallah a affirmé que la région ne connaîtrait ni stabilité, ni sécurité, ni paix sans la mise en place d’un réel État palestinien souverain et indépendant. Il a souligné l'importance de fonder cet État sur les lignes de l'accord du 4 juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, afiin de mettre fin  aux cycles de violence qui touchent des civils innocents depuis des décennies. Dans la foulée, le roi Abdallah II, curateur des lieux Saints, a également rencontré le lendemain le président palestinien Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, lors d'une réunion bilatérale à Amman, la capitale du royaume jordanien. Tous deux ont appelé à des mesures rapides afin d’empêcher l'aggravation de la crise à Gaza et ont condamné ce qu'ils ont qualifié de "punition collective" infligée par Israël aux Palestiniens. Ils ont également mis en garde contre l'escalade de la violence dans la région, alors qu'une campagne intense de bombardements israéliens se poursuit sur Gaza, en repérsailles à une attaque transfrontalière dévastatrice du Hamas qui a fait des milliers de morts.

 

 

Une Palestine, libre et indépendante, solution pour une paix dans la région, selon Abdallah II

La Jordanie, avec sa population majoritairement palestinienne et sa frontière partagée avec la Cisjordanie, conserve une position délicate dans ce conflit. Des manifestations de colère contre Israël ont éclaté dans les rues d'Amman, avec des milliers de manifestants appelant à la fermeture de l'ambassade israélienne et à l'abandon du traité de paix avec Israël. Alors que des efforts internationaux sont en cours pour trouver des solutions et apaiser les tensions, le souverain, qui ne ménage pas sa peine, a d’ailleurs multiplié les appels téléphoniques avec de nombreux dirigeants étrangers, dont la France, pour  les convaincre de soutenir la création d’un État palestinien. Dans un geste d'aide humanitaire, la Jordanie a aussi envoyé un avion militaire transportant des fournitures médicales vers la ville égyptienne de Rafah, dans le Sinaï, pour tenter de persuader Israël de permettre l'entrée de cette aide dans la bande de Gaza par un poste frontière unique. Le ministère jordanien de l'Intérieur a toutefois déclaré que les manifestants projetant des marches anti-israéliennes ne seraient pas autorisés à atteindre la zone frontalière avec la Cisjordanie, affirmant que cette zone était fermée aux civils pour des raisons de sécurité, craignant que le conflit déborde dans le royaume.

Alors que le monde attend avec impatience des développements dans cette crise régionale, l'appel du roi Abdallah II à la paix et sa condamnation des violences à Gaza reste une étape cruciale dans la quête d'une solution durable au conflit fratricide israélo-palestinien.

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 13/10/2023

Ajouter un commentaire