Les Romanov reçus par l'Ordre souverain de Malte

La maison impériale de Russie entretient des liens étroits et historiques avec l’Ordre Souverain de Malte depuis plus de deux siècles. C’est en famille, que la Grande-duchesse Maria Romanov a rencontré et a eu un entretien avec le Grand-maître Fra John T. Dunlap.

Le 16 février 2024, profitant de leur séjour en Italie, la Grande-duchesse Maria Romanov, accompagnée de son fils, le Grand-duc Georges Romanov et de son épouse, la princesse Victoria Romanovna, ont été reçus au palais Magistrale de l’Ordre de Malte à l’initiative de son Grand-maître, Fra John T. Dunlap. Une rencontre dans ce lieu emblématique de Rome, qui illustre les liens historiques et étroits, fruits involontaires de la Révolution française, entre la maison impériale de Russie et cet ordre renommé de chevalerie.

Le tsar Paul Ier,  la Grande-duchesse Maria, la princesse VIctoria Romanovna et Fra John T Dunlap

La Russie, protectrice de l'Ordre Souverain de Malte

Avec la fin de la monarchie française en 1792, les relations entre Malte et la France s’étaient considérablement dégradées. Les biens des Chevaliers avaient été mis sous séquestre par les révolutionnaires et une loi avait été votée dans la foulée, interdisant aux citoyens Français de se réclamer de l ’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. C’est finalement le Directoire qui va sonner le glas de nos liens diplomatiques avec l’île devenue alliée de l’Angleterre. Placée sur le chemin de l’Egypte, le général Bonaparte, futur Napoléon Ier,  se couvrir de gloire aux pieds des Pyramides, va s’emparer très facilement du bastion de l’ordre en 1798 et en expulser ses derniers Chevaliers. Un exode qui va mener certains en Russie. C’est dans ce contexte que le tsar Paul Ier est exceptionnellement élu nouveau Grand-Maître de l’Ordre de Malte bien que la règle impose que ce soit un catholique qui soit à sa tête et lqui ui permet de subsister sous la protection de l’Aigle bicéphale. Une reconnaissance qui perdure encore de nos jours puisque le portrait du fils de la Grande Catherine II (offert à l’Ordre par l’empereur Nicolas II en 1908) occupe toujours une place bien en vue dans la grande salle de réception du Palais Magistral de Rome.

 

 

Des liens étroits entre les Romanov et les Chevaliers de Malte

Des six derniers Empereurs qui ont régné sur la Russie, de Paul Ier à Nicolas II, cinq étaient membres de l'Ordre de Malte. La seule exception notable reste le tsar Alexandre II, bien que trois de ses fils ont été Baillis Grand-croix de l'Ordre. C’est dans les pas de leurs prédécesseurs que la branche prétendante au trône de Russie s’est également placée. Le Grand-Duc Wladimir, chef de la Maison impériale russe entre 1938 et 1992, a été investi Bailli Grand-Croix d'Honneur et de Dévotion de l'Ordre de Malte en 1961. Tout comme le sont, après lui avoir succédé à la tête de la maison impériale, la Grande-duchesse Maria devenue Dame Grand-croix d'Honneur et de Dévotion (1994) et son fils, le Grand-duc Georges, nommé Bailli Grand-croix d'honneur et de dévotion (2014). C’est donc avec émotion que Fra John T. Dunlap a décidé de suivre la tradition et d’honorer la princesse Victoria Romanovna en lui octroyant l'ordre du Mérite de Malte. De son côté, la Grande-duchesse Maria Vladimirovna a remis avec solennité les insignes de l'ordre impérial de Saint-André l'Apôtre à Fra’ John Dunlap. 

L’Ordre de Malte entretient des relations diplomatiques bilatérales avec 112 Etats et dispose du statut d’observateur permanent auprès des Nations Unies et de nombreuses et importantes organisations internationales. Ce réseau permet à l’Ordre de Malte et ses institutions de réagir et d’offrir rapidement une aide en cas de crises et de catastrophes. Par le passé, l’héritière au trône de Russie a salué à plusieurs reprises l'action humanitaire et médicale mondiale de l'Ordre Souverain de Malte pour soulager la détresse des pauvres et des malades.

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 20/02/2024

Commentaires

  • Nick Nicholson
    • 1. Nick Nicholson Le 18/02/2024
    Cher Monsieur,

    J'écris avec une petite correction: en parlant du Grand-Duc Vladimir, vous notez qu’ «Il était aussi le Protecteur du Grand Prieuré Russe reconstitué à Paris dont l'existence a pris fin en 1974. ». Il n'y avait pas de "prieuré russe reconstruit" sous le Grand-duc Vladimir. Le Grand-Duc Vladimir était le protecteur honoraire de “L'Union des Descendants des Commandants Hérédiataires de l'Ordre Impérial Russe de Saint-Jean de Jérusalem." Il s'agissait d'une confrérie généalogique et non d'un “ordre reconstitué”.

    La position de la Maison Impériale Russe sur l'Ordre de Malte est restée inchangée depuis 1817, lorsque le Grand Prieuré Orthodoxe Russe, fondé par l'Empereur Paul Ier en 1798, a été aboli par l'Empereur Alexandre Ier. Depuis lors, aucune autorité légitime ne l'a rétablie. Les tentatives locales de relancer ses activités sur une base légale n'ont pas abouti, et toutes les organisations de “l'Ordre orthodoxe de Saint-Jean” sont illégitimes et offrent un moyen de tromperie, y compris le trafic de faux “chevaliers".”

    Avec mes sentiments les plus distingués,

    NN
    • frederic-de-natal
      • frederic-de-natalLe 20/02/2024
      Bonjour. Je vous remercie pour ce retour très intéressant et les corrections comme précisions apportées à mon article. Amicalement FdN.

Ajouter un commentaire