Le prince William déplore la montée de l'antisémitisme au Royaume-Uni

Dans un geste significatif de solidarité, le prince William de Galles a effectué une visite dans une synagogue de Londres. Cette initiative intervient dans le contexte d'une recrudescence de l'antisémitisme au Royaume-Uni qui plonge ses racines dans le récent massacre perpétré par le Hamas en Israël début octobre dernier.

Le 28 février 2024, accompagné par de jeunes ambassadeurs de l'Holocaust Educational Trust engagés dans la lutte contre la haine, le prince William de Galles s’est rendu dans une synagogue de Londres. Le fils aîné du roi Charles III a écouté les témoignages poignants d'une rescapée de la Shoah, Renee Salt, âgée de 94 ans. Cette dernière lui a exprimé ses inquiétudes quant à la méconnaissance de certains jeunes sur les événements de l'Holocauste. « Kate et moi sommes très préoccupés par la montée de l’antisémitisme que vous évoquez  (...), et je suis désolé que vous ayez à vivre ça », a-t-il déclaré. Un sondage de 2021 a révélé que plus de 51 % de Britanniques ignoraient le nombre exact de juifs tués lors de la Seconde Guerre mondiale. 

 

 

Une montée  croissante de  l'antisémitisme au Royaume-Uni

Pour répondre à la montée de ce phénomène le Premier ministre britannique Rishi Sunak a annoncé une allocation de 54 millions de livres sterling pour renforcer la sécurité des communautés juives. Depuis le déclenchement de la guere entre le Hamas et Israel, le 7 octobre 2023, un niveau record d'incidents antisémites a été enregistré en 2023 (103 actes antisémites ont été recensés au Royaume-Uni, une hausse de 147 % par rapport à 2022 selon le Community Security Trust). Les dernières manifestations anti-israéliennes, qui ont rassemblé des centaines de milliers de personnes dans les rues de la capitale du Royaume-Uni, ont étonné les Britanniques eux-mêmes par leur ampleur. Les médias ont relevé de nombreux slogans hostiles à Jérusalem.

Le Prince William, premier membre de la famille royale britannique à effectuer une visite officielle en Israël et dans les territoires palestiniens en 2018, continue de manifester un intérêt marqué pour les affaires de la région, selon son secrétariat. Son intrusion sur la scène politique internationale, marquée par récent appel à la paix entre Israël et le Hamas à Gaza comme le rappelle Times of Israel, suscite néanmoins des débats. Elle marque une rupture avec la traditionnelle réserve de la famille royale sur de telles questions politiques jugées délicates et relevant de l’apanage du Foreign Office.

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 01/03/2024

Ajouter un commentaire