La Roumanie rapatrie les restes de son défunt prince-régent

Ancien régent de Roumanie, contraint à l'exil par les vicissitudes de la vie et de l'amour, le prince Nicolas de Hohenzollern repose actuellement en Suisse, à Lausanne. Sur son site officiel, la maison royale de Roumanie a annoncé le rapatriement et la réinhumation de ses restes dans son pays natal.

Cette nouvelle a surpris les Roumains. Publié sur son site officiel le 24 mars 2024, la Curatrice du Trône, Sa Majesté Margareta, a annoncé sa décision de rapatrier les restes du prince-régent Nicolas de Roumanie, né Hohenzollern-Sigmaringen. "Le deuxième fils du roi Ferdinand et de la reine Maria reposera, avec son épouse Ioana, dans la nouvelle cathédrale archevêque et royale de Curtea de Argeș. Avec la bénédiction du Bienheureux Patriarche Daniel, Son Éminence l'Archevêque Calinic d'Argeș présidera la cérémonie de réinhumation prévue le vendredi 29 mars 2024, à midi. Le prince régent Nicolas reposera aux côtés de son frère aîné, le roi Carol II, sous le porche de la nouvelle cathédrale", peut-on lire dans le communiqué, repris par différents organes de presse.

Nicolas de Roumanie @ wikicommons

Un prince fougueux et impétueux

Né dans l'opulence du château de Peleș à Sinaia, le prince Nicolas de Roumanie a été élevé dans le luxe et l'élégance caractéristiques des familles royales européennes du début du XXe siècle. Quatrième enfant du roi Ferdinand Ier et de la reine Marie de Saxe-Cobourg-Gotha, surnommé affectueusement "Nicky", il se révèle être un enfant fougueux et impétueux. "Il était aussi drôle et désobéissant que possible, c'était comme si du vif-argent coulait dans ses veines, il ne parvenait pas à se calmer un instant, il était toujours en mouvement. Même s'il était impoli, il avait le don d'imposer à chacun ses quatre volontés. Partout où Nicky allait, il aimait commander et donner des ordres (...). Toujours prêt à faire des blagues, il était irrésistible (...). L'oncle [le roi Carol Ier - ndlr] l'aimait et l'emmenait avec lui dans de longues promenades (...). Nicky était devenu le divertissement du roi, qui ne pouvait guère passer une journée sans lui et avait un sourire d'une gentillesse particulière qu'il réservait à cet enfant vif comme une flamme et qui lui avait volé le cœur pour le restant de ses jours (...). En fait, personne ne pouvait résister à Nicky. C'était un beau petit garçon, même si son nez était un peu trop long pour un enfant. Ses yeux étaient d'un bleu profond, avec un regard parfois presque féroce", écrit sa mère à son sujet.

De gauche à droite : le roi Michel Ier,  le Président Bènes , le roi Carol II,  le prince Nicolas @Wikicommons

Nommé Régent de Roumanie, un poste qui ne lui convient pas

Ancien élève du collège d'Eton, au Royaume-Uni, il envisage une carrière de médecin. Une ambition fréinée par le roi Carol Ier (1839-1914)  qui le voit plutôt sous un uniforme militaire. Officier dans l'armée royale, le prince Nicolas est également un passionné de sport automobile (il participe à la course mythique du Mans en 1933) et un mondain averti. Doté d'un charme byzantin envoûtant, il est présent à toutes les fêtes lors de ses visites dans les différentes capitales européennes. Toutefois, ce mode de vie prend fin brusquement à la mort du roi Ferdinand Ier en 1927. Les affaires de l'État le rattrapent soudainement. Le nouveau souverain, son neveu Michel, est encore un enfant de cinq ans. Une régence tripartite est mise en place, dont il est membre. Cette situation est une catastrophe pour le prince Nicolas, qui n'a aucun intérêt pour la politique (on a même envisagé de le placer sur le trône, mais la proposition n'a pas abouti). La Roumanie est alors dominée par la puissante famille des frères Brătianu et le pays est confronté, comme le reste de l'Europe, à la montée du fascisme. En exil, son frère Carol ne décolère pas d'avoir été exclu du trône en raison d'un adultère public et complote secrètement pour retrouver son trône. Les deux frères entretiennent d'ailleurs une correspondance ardente. Nicolas se plaint régulièrement de l'inefficacité de la régence et va devenir progressivement l'un des artisans d'un retour de Carol au pouvoir en 1930.

Le prince Nicolas au championnat aux 24h du Mans @Wikicommons

L'amour, prix d'un long exil

Loin des intrigues de palais, Nicolas préfère se consacrer à celle qui occupe son cœur, Ioana Dumitrescu-Doletti (1902-1963). Sa décision d'épouser Ioana en octobre 1931 provoque des tensions entre le prince et son frère. Bien que Carol II ne soit pas particulièrement blanc à ce sujet, il décide néanmoins de faire annuler ce mariage qui ne respecte pas les règles de la maison royale. Mais Nicolas refuse de se plier à la décision de son souverain et doit prendre le chemin de l'exil. Désormais connu sous le nom de Nicolas Brana, le couple s'installe en Suisse, loin des soubresauts d'une Roumanie en proie à une crise politique. Bien que Michel Ier, qui accède au pouvoir en 1940 et met fin à la dictature du Maréchal Antonescu qautre ans plus tard, le rétablisse dans ses droits par la suite, il ne reverra pas la Roumanie, qui est tombée sous le giron des communistes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. C'est de loin qu'il va assister  à la chute de la monarchie en 1947.

 

 

Remarié en 1967 à Theresa Lisboa Figueria de Mello (décédée trois décennies après leur mariage), le prince Nicolae de Roumanie s'éteint le 9 juin 1978, à Madrid. Rapatrié en Suisse, il laisse derrière lui une histoire faite de tourments et de déchirements, reflétant les bouleversements politiques qui ont marqué l'Europe au cours du XXe siècle. La cérémonie de réinhumation aura lieu le 29 mars prochain. Les modalités de la journée seront communiquées ultérieurement par la Maison royale.

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 26/03/2024

Ajouter un commentaire