75 år siden frigjøringen ! Le roi Harald V se souvient.

Le roi de Norvège lisant son discours pour le 8 mai photo Lise Åserud, NTB scanpix75 år siden frigjøringen. «75 ans se sont écoulés depuis ce jour, qui reste l’un des plus heureux de notre histoire nationale». Le 8 mai dernier, le roi Harald V de Norvège a prononcé un discours depuis l’Akershus slott og festning, la citadelle royale d’Oslo, capitale de cette monarchie scandinave. Le descendant des rois vikings a honoré la mémoire de ces dizaines de milliers de norvégiens tombés au nom de la lutte pour la liberté.

Le lieu est symbolique. La citadelle d’Akershus a été pendant des siècles un haut-lieu du pouvoir monarchique norvégien. Mais c’est aussi ici que se sont déroulés les heures les plus sombres de l’histoire norvégienne. Le 1er février 1942, l’ancien ministre de la défense et leader du Nasjonal Samling (Rassemblement norvégien), Vidkun Quisling s’empare du pouvoir avec la bénédiction du Reich Allemand et s’installe dans le bureau du roi Haakon VII avec lequel il était en conflit. Le monarque a du se réfugier à Londres après l’invasion de son pays par les nazis, deux ans auparavant. Jusqu’au bout, il a tenté de résister aux allemands tout comme son fils, le prince héritier Olav. Le roi va d’ailleurs lui-même coordonner la résistance face à l’occupant. Tant et si bien que son monogramme devient le signe de ralliement de toute une population, arboré ouvertement. Lorsque la guerre se termine, le retour de la famille royale se fait dans la liesse générale. La citadelle retrouve un temps sa fonction principale, celle de prison. Quisling y est passé par les armes après avoir été jugé pour haute trahison et coupable d’avoir «cautionner» la mort de 11000 norvégiens durant la Seconde guerre mondiale. Aujourd’hui son nom est devenu synonyme de « trahison » dans le langage norvégien.

Le roi de Norvège Harald V  PhotoLise Åserud, NTB scanpix«Aujourd’hui, nous aurions dû commémorer cette fête ensemble, dans tout le pays. Paradoxalement, notre liberté a été restreinte. Nous ne pouvons pas marquer dignement cette journée exactement comme nous l’aurions souhaité ». 75 ans après la fin du conflit, le roi Harald V, petit-fils du roi Haakon VII, a lu un discours au sein de la citadelle en petit comité, crise du covid-19 oblige. «Nous célébrons la paix, la liberté et cette confiance mutuelle que nous avons su instaurer entre nous» a souligné le monarque, très amaigri par des semaines de convalescence et qui ont fait craindre le pire aux norvégiens. « À une époque où nous avons dû restreindre notre liberté de mouvement, un moment difficile à vivre pour beaucoup d’entre nous, nous devons également nous souvenir que nous devons continuer à construire [la Norvège] sous le signe de l’unité » a poursuivi le monarque qui a profité de cette occasion pour remercier les pays Alliés qui ont aidé la Norvège à se libérer du joug nazi.

Le roi Harald V rend hommage  aux norvégiens morts durant la Seconde guerre mondiale«La Seconde Guerre mondiale a coûté cher – à la fois humainement et matériellement. Les villes et les campagnes ont été rasées et réduites en cendres. Beaucoup de nos compatriotes ont perdu la vie et bien des déchirures subsistent depuis des générations» a rappelé avec émotion le roi Harald, 83 ans, enfermé dans son uniforme militaire. « Nous avons su faire face et reconstruire la Norvège dans l’amour. Nous devons nous souvenir de la clameur jubilatoire qui s’est élevée en mai 1945 et retrouver cette joie et cette cohésion qui ont caractérisé cette journée» a poursuivit le roi qui a paraphrasé Carl Johan Oftedahl, un résistant exécuté en 1941.

Des résistants mis à l’honneur et qui devront attendre la fin de la pandémie pour recevoir leurs médailles des mains du souverain. «Je veux saisir cette occasion spéciale pour vous remercier chaleureusement au nom du peuple norvégien, vous qui nous avez aidé à nous libérer, quelque soit la manière,  avec l’aide de nos Alliés, il y a 75 ans», a déclaré le roi Harald V, entouré de la reine Sonja, de son fils et sa belle-fille, le prince héritier Haakon Magnus et la princesse Mette-Marit.  Avant de déposer une gerbe de fleurs devant le mémorial érigé en hommage aux héros de la Libération.

Monté sur le trône en janvier 1991, le roi Harald V est très populaire chez les norvégiens qui plébiscitent toujours leur monarchie à plus de 80%, selon un sondage daté de 2017

Copyright@Frederic de Natal

 

Date de dernière mise à jour : 12/05/2020

Ajouter un commentaire