Le prince Nikola au chevet de la coopération franco-monténégrine

Jelena Borovinić Bojović, et le prince Nikola Petrović-NjegošNé en France, le prétendant à la couronne du Monténégro a scellé un accord avec la ministre de la Santé de ce petit état des Balkans. Au cours d’un entretien avec  Jelena Borovinić Bojović, le prince Nikola Petrović-Njegoš a annoncé que la fondation qui porte son nom financerait des cours de français aux étudiants et médecins monténégrins afin qu’ils puissent venir effectuer un stage ou travailler dans les hôpitaux de l’Hexagone. 

Architecte de profession, le prince Nikola Petrović-Njegoš  a deux passions : La France où il est né et le Monténégro dont il est le prétendant au trône. C’est au titre de la fondation qui porte son nom et de son statut spécial qu’il possède au sein de cet état des Balkans, redevenu indépendant en 2006 après huit décennies de rattachement à l’ex-Yougoslavie, qu’il a rencontré Jelena Borovinić Bojović, ministre de la Santé.  Lors de leur entretien officiel, le prince Nikola Petrovic Njegos a annoncé que sa Fondation financerait des cours de français pour tous les médecins monténégrins et étudiants en médecine qui souhaitent effectuer  un stage ou pratiquer en France, étant donné le niveau de maîtrise de la langue française requis pour exercer légalement dans l’Hexagone.

Jelena Borovinic BojovicReconnue pour avoir imposé des restrictions strictes face à la pandémie de Covid, la ministre de la Santé a déjà confirmé que « les étudiants de quatrième, cinquième et sixième année de la Faculté de médecine de Podgorica pourront acquérir une partie de leurs connaissances pratiques au sein des facultés françaises » grâce à ce partenariat signé avec le doyen de la faculté de médecine de l'Université de Paris Saclay, le professeur Didier Samuel. 

Une rencontre entre le prince et la ministre qui s’est effectuée lors de sa visite en France dans le cadre d’échanges internationaux. Nikola Petrović-Njegoš, 77 ans, a été décoré chevalier de La Légion d’honneur en 2016. C’est en 1989, lorsque les restes du roi Nicolas Ier ont été ramenés dans son pays, que ce fils de résistant a redécouvert son pays. En 2011, la maison royale a été réhabilitée, permettant ainsi à ce prétendant au trône d’obtenir une liste civile et d’une dotation par le gouvernement.

Copyright@Frederic de Natal

Ajouter un commentaire