Un prince face au coronavirus

«Veuillez prendre vos responsabilités et vous protéger ainsi que les autres ». Dès les premiers jours d’apparition du coronavirus, le prince- régent Aloïs du Liechtenstein, à la tête de cette monarchie parlementaire, n’a pas tardé à prendre les mesures qui s’imposaient et à s’adresser à ses 40 000 citoyens.

Alois von und zu liechtensteinSituée dans les Alpes, le long de la vallée du Rhin, la principauté du Liechtenstein n’a pas échappé au virus du covid-19. Alois von und zu Liechtenstein, comte de Rietberg, est le prince héritier de cette principauté qui affiche une réussite économique insolente en Europe. Depuis août 2004, il est le régent de ce dernier vestige survivant du Saint-Empire romain germanique. A l'annonce des premiers cas recensés de coronavirus courant mi-mars, il a rapidement convoqué son gouvernement et pris la décision de fermer toutes les écoles pour deux mois. Dans un pays où le souverain héréditaire bénéficie de larges pouvoirs, dont celui de veto, on ne badine avec les décisions princières. « Nous faisons face à un défi très particulier avec cette épidémie qui nous touche (…) et personne ne peut encore dire qu’elles seront ses conséquences sanitaires et économiques » a averti Alois von und zu Liechtenstein en s’adressant à ses compatriotes depuis le château de Vaduz.

«Dans une telle situation, il est important de garder la tête froide et le sens des responsabilités et faire preuve de volonté afin d'aider les autres qui sont dans le besoin. Une telle situation extraordinaire nécessite également des mesures extraordinaires » a poursuivi le fils du prince Hans-Adam II et qui, dans la foulée de son discours prononcé le 18 mars, a annoncé le vote d’une série de mesures préventives sanitaires, afin de combattre la propagation du virus, et économiques afin de protéger ses concitoyens.

« Nous traversons une période difficile, cette crise nous pose tous de grands défis. Je vous invite à vous unir et faire preuve de responsabilité et de solidarité » a demandé Alois von und zu Liechtenstein. "Et de tous prier" pour le salut d'un pays, désormais confiné, « avec la bénédiction de Dieu ».

Avec 53 personnes testées positives au covid-19, la principauté du Liechtenstein vit une de ses plus graves crises depuis la fin de la seconde guerre mondiale mais dont le caractère national de résistance de ses citoyens n’est plus à démontrer. Et si elle doit sa prospérité financière grâce à des lois fiscales attractives, le prince Max(imilien) du Liechtenstein, a d’ores et déjà averti que l’après-covid 19 pouvait provoquer un séisme économique et social important dans le monde. Dirigeant du Liechtenstein Global Trust (LGT), groupe de gestion d’actifs et de patrimoine de la maison princière, fort de sa longue expérience à la banque JPMorgan Partners, le frère cadet du régent a toutefois déclaré dans la presse que les effets ne devraient pas se faire sentir dans la principauté qui a un budget national maîtrisé.

Le 5 avril, la princesse Sophie von Wittelsbach, une descendante du dernier roi de Bavière et qui figure en bonne place dans l’ordre de succession au trône catholique de Grande-Bretagne, l’épouse du régent, a pris à son tour la parole*. Remerciant les Liechtenstinois pour leur esprit de solidarité, elle a salué le courage de ces bénévoles qui luttent au quotidien afin d’aider le service médical dans leur combat contre cet ennemi invisible et à travers des initiatives comme le Corona Hilfe Liechtenstein qui permet de venir en aide aux personnes âgées ou isolées.

Copyright@Frederic de Natal

Publié le 08/04/2020

Date de dernière mise à jour : 11/04/2020

Ajouter un commentaire