Emmanuel-Philibert de Savoie rend hommage à la reine Hélène

Le 25 novembre, le prince Emmanuel-Philibert de Savoie, héritier de la couronne d'Italie, s'est recueilli sur la tombe de la reine Hélène d'Italie dont les actions caritatives ont laissé l'image d'une souveraine empathique dans la mémoire nationale. Une cérémonie qui clôture une année d'hommages divers en faveur de celle qui a reçu la Rose d'or des mains du Pape Pie XI. 

Les festivités marquant le 150e anniversaire de la naissance de la reine Hélène ont pris fin dans la ville de Vicoforte le 25 novembre 2023, après avoir débuté à Messine en début d'année. Parmi les nombreux participants, le prince de Piémont et de Venise, Emmanuel-Philibert de Savoie, arrière-petit-fils de la souveraine d'Italie, 51 ans, accompagné de diverses délégations de l'Institut de la Garde d'Honneur des Tombes Royales du Panthéon, sous la direction du Capitaine Ugo D'Atri.

C’est à Vicoforte, dans le sanctuaire de la « Nativité de la Très Sainte Marie », que repose la dépouille de la reine Hélène, inhumée près de son époux, le roi Victor-Emmanuel III depuis 2017. Date à laquelle elle a été officiellement rapatriée de France. Fille du roi Nicolas Ier du Monténégro, un pays qu’elle n’oubliera jamais et dont elle tentera de rendre à nouveau indépendant durant la Seconde Guerre mondiale, la reine Hélène a épousé Victor-Emmanuel III alors qu’il n’était que prince héritier en 1896. Elle a tout juste 23 ans. Propulsée sur le trône 4 ans après le décès tragique de son beau-père, la souveraine devient rapidement populaire grâce à ses actions de charité (elle recevra la Rose d’Or du pape Pie XI) et son investissement durant le Premier conflit mondial. Infirmière, elle invente le principe de la « photographie dédicacée » afin de récolter des fonds pour les blessés de guerre. Elle ne prise guère le duce Mussolini et lors de l’arrestation de ce dernier en 1943 dans la résidence royale, elle pointera du doigt un « acte indigne » de la part de son mari, lui reprochant d’avoir brisé les règles de l’hospitalité. Le couple paiera le prix de cette arrestation puisque leur fille, Mafalda, sera arrêtée par les Allemands et déportée au camp de Buchenwald où elle meurt en 1944. Elle suivra Victor-Emmanuel III en exil, laissant leur fils Umberto II face à son destin et celui de la monarchie. Après la mort de son mari en 1947, elle part cinq ans plus tard en France, dernier pays d'accueil d’un voyage sans retour. Elle décède à son tour en 1952, à Montpellier.

Une reine qui conserve encore son aura de popularité parmi les Italiens 

La célébration eucharistique a été présidée par Son Excellence Mgr Luciano Pacomio, évêque émérite de Mondovì, en présence du Recteur du Sanctuaire, Don Francesco Tarò. Dans son homélie, le Prélat a souligné à plusieurs reprises l'œuvre caritative marquante de la reine Hélène et son profond engagement envers la population de Messine, victime d'un séisme en décembre 1908. À la fin de la célébration, le prince Emmanuel-Philibert de Savoie s'est pieusement recueilli devant les tombes du roi Victor-Emmanuel III et de la reine Hélène, avant la lecture des messages du ministre de la Défense, Guido Crosetto, et du ministre des Affaires régionales, le sénateur Roberto Calderoli. La journée s'est clôturée par la conférence « Hélène de Savoie, reine du peuple et de la charité » et une exposition consacrée à la mémoire de cette souveraine qui conserve encore une certaine aura parmi les Italiens. 

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 28/11/2023

Ajouter un commentaire