Prince Charles : « La Grèce, une place spéciale dans mon cœur »

Le prince de Galles, son épouse, le couple présidentiel grec« La Grèce occupe depuis longtemps une place spéciale dans mon cœur. Après tout, la Grèce est la terre de mon grand-père et celui de naissance de mon père, il y a près de cent ans, l’année du centenaire de l’indépendance grecque ». L’arrivée du prince Charles de Galles et de son épouse, Camilla Parker-Bowles, duchesse de Cornouailles, dans la patrie de Périclès a été largement médiatisée. Aux côtés du gouvernement grec et d’autres dignitaires étranges, l’héritier de la couronne britannique est venu célébrer le bicentenaire de l’indépendance de  la Grèce, un pays avec lequel le Royaume–Uni et sa maison royale partagent une histoire commune. Hier soir, il a prononcé un discours très émouvant et engagé où il a rappelé les liens étroits, politiques comme familiaux, entretenus depuis des années entre les deux pays.

Charles de Galles et Camilla Parker-BowlesEn pleine période de covid, c’est le premier voyage officiel en dehors du Royaume-Uni pour Charles de Galles et son épouse Camilla Parker-Bowles pour cette année 2021. Arrivés hier en fin d’après-midi à l’aéroport international Elefthérios-Venizélos d’Athènes, la venue du couple princier britannique en Grèce a été largement médiatisée. Soumis aux règles de protection sanitaire, c’est la duchesse de Cornouailles qui a ravi les photographes présents sur le tarmac de l’aéroport, descendant les marches de l’avion, portant un masque floqué de l’insigne officiel du fils de la reine Elizabeth II. La visite du prince Charles, la seconde en  trois ans, coïncide avec les festivités organisées pour le bicentenaire de la déclaration d’indépendance de la Grèce obtenue une décennie plus tard au prix d’une lutte armée contre les ottomans et à laquelle  Angleterre, Russie et France ont participé tout en se livrant eux-mêmes à une guerre d’influence sur l'avenir du pays, berceau antique de l'Europe. 

guerre d'indépendance de la GrèceAprès la chute de Constantinople en 1453, il a fallu peu de temps aux Ottomans pour fondre comme un seul homme sur la Grèce et faire tomber, les uns après les autres, duchés francs et principautés latines ou byzantines. Il faudra attendre la Révolution française pour que l’identité grecque se réveille et que l’on commence à évoquer l’indépendance de la patrie de Périclès dans une Europe en plein tumulte. Général, Bonaparte va même occuper les îles ioniennes qu’il transforme en départements français entre 1797et 1802 avant qu’elles ne deviennent russes jusqu’à la chute du Premier empire (République des Sept-mers) en 1814. C’est au métropolite Germanos de Patras (1771-1826) que l’on doit le déclenchement de la guerre d’indépendance contre les Turcs. En bénissant l’étendard de la liberté le 25 mars 1821, il sonne le début d’une insurrection qui va contraindre les grandes puissances de cette époque à tourner leurs regards vers ce pays devenu subitement un enjeu géostratégique alors que la « Sublime Porte » commence à montrer ses premiers signes de faiblesse. Tandis que le Péloponnèse se drape d’un voile de sang marqué par de violents massacres dans les deux camps, dans les salons feutrés de Londres se joue une guerre plus diplomatique entre les anglais, les russes et les français qui profitent de l’élan patriotique grec pour étendre leur influence respective sur ces côtes de la Méditerranée. 

Le destin de la Grèce sera finalement fixé sur les bords de la Tamise et ce sera une monarchie asolue avec un candidat étranger pour les grecs qui n’ont pas vraiment le droit de dire un mot. A chacun des alliés locaux, à chacun ses candidats. Constantin Romanov, Eugène de Beauharnais, Jérôme Bonaparte, Louis d’Orléans, Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha (futur roi des Belges) et même Demetrio Stefanopoli de Comnène, autant de princes cités pour un trône qui va finalement revenir à Othon de Bavière, un helléniste passionné qui ne parlera jamais la langue du pays et dont il ceint une couronne qu’il va détenir jusqu’en octobre 1862. Une révolution et un nouveau souverain. Et si Londres n’arrive pas à imposer le prince Alfred de Saxe-Cobourg-Gotha, fils de Victoria Ière, elle convainc les grecs d’accepter la candidature du prince Guillaume du Danemark, futur Georges Ier, et dont les descendants vont régner jusqu’en 1974 sur ce état baigné par des eaux cristallines et au tempérament de feu. 

Le couple princier signe le livre des invitésC’est d’ailleurs le sang de ces Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg qui coule dans les veines du prince Charles. Le fils de la « Queen » est l’arrière-petit-fils du roi Georges Ier qui va mener une politique expansionniste et le payer de sa vie en 1913. « La Grèce fait partie de mon identité.... Mes liens personnels avec la Grèce comptent pour moi, car c'est la maison de mon grand-père, le Prince Andrea » n’a pas hésité à déclarer avec fierté le prince de Galles lors de son voyage à Athènes en 2018, le troisième en tant que visite d’état. Un sentiment de fidélité qu’il a renouvelé hier soir au palais présidentiel, invité par Katerina Sakellaropoulou, actuelle dirigeante de la Grèce. « La Grèce occupe depuis longtemps une place spéciale dans mon cœur. Après tout, la Grèce est la terre de mon grand-père et celui de naissance de mon père, il y a près de cent ans, l’année du centenaire de l’indépendance grecque » a appelé une nouvelle fois le prince de Galles qui n’a pas manqué d’honorer la mémoire de sa grand-mère Alice de Battenberg. « C’est à Athènes que ma chère grand-mère, la princesse Alice, pendant les années sombres de l’occupation nazie, a abrité une famille juive - un acte pour lequel, en Israël, elle est considérée comme« juste parmi les nations » a poursuivi le fils de Philipp Mountbatten. « En ressentant un lien profond avec la Grèce - ses paysages, son histoire et sa culture – et je sais que je ne suis guère le seul, il y a quelque chose de son essence en nous tous. En tant que source de la civilisation occidentale, l’esprit de la Grèce traverse nos sociétés et nos démocraties. Sans elle, nos lois, notre art, notre mode de vie n'auraient jamais fleuri comme ils l'ont fait » a affirmé le prince de Galles qui, plus tôt dans la journée, avait visité la Pinacothèque nationale de la capitale grecque et marqué son intérêt devant les tableaux présentant les grands moments de l’indépendance grecque.

Discours du prince charles au palais presidentiel« Alors que nous travaillons tous à reconstruire nos sociétés et nos économies qui ont connu des bouleversements inimaginables auparavant, et à placer notre monde sur une voie plus durable, peut-être pouvons-nous nous inspirer du courage, de la détermination et de l'ambition de 1821. Encore une fois, les enjeux pourraient difficilement être plus élevés. Les choix que nous ferons détermineront le sort non seulement de nos nations, mais de cette planète singulière que nous partageons tous » a continué, très engagé, l’héritier au trône d’Angleterre. Tout en saluant cette « amitié profonde qui permet [aux deux pays] une prospérité et une sécurité communes », il a conclu en citant les liens «forts et vitaux» qui continuent d’exister entre le Royaume-Uni et la Grèce en dépit du Brexit, prononçant quelques mots en grec : Χα?ρε, ω χα?ρε, ελευθερι? !  Ζ?τω η Ελλ?ς !  (Vive la liberté  ! Longue vie à la Grèce !). Le couple princier devrait déposer aujourd’hui une gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu et assister au défilé militaire du jour de l'indépendance aux côtés des dignitaires russes et français avant de regagner Buckingham Palace. Une bicentenaire qui revêt un caractère plus que symbolique alors que les tensions entre grecs et turcs se sont récemment accrues sur fond de surenchère militaire et que la question de la réunification de Chypre (dont une partie de l’île a fait sécession au profit d’Ankara en 1983) n’est toujours pas réglée. 

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 26/03/2021

Ajouter un commentaire