Le « Courrier royal » est de retour !

Le comte de Paris, Jean d'Orléans, lors d'une cérémonie miitaireAncien organe de presse de la Maison royale de France, le Courrier royal a fait sa réapparition, presque un siècle après que le prince Henri d'Orléans ait décidé de cesser sa publication.  Modernité oblige, c’est sur internet et les réseaux sociaux que la voix du prétendant à la couronne de France officie désormais après avoir fait peau neuve sur un design qui fait l’unanimité chez les partisans du prince Jean d’Orléans. Appelé à devenir l’organe de presse  officiel du comte de Paris, le Courrier royal entend se placer dans la ligne  droite de ce que fut avant lui le magazine « L ‘Alliance royale »  et qui informait mensuellement les royalistes des activités des membres de la famille d’Orléans, dernière branche capétienne à avoir occupé le trône entre 1830 et 1848.

Le courrier royal page facebookAu centre d’une multitude de réseaux, le Courrier royal a fait sa réapparition sur le net. Epoque 2.0 oblige, oubliée la sensation du papier, c’est par un clic de souris que l’on va surfer sur un site dédié aux activités des membres de la Maison royale de France. Le nom n’est pas un inconnu des partisans de l’actuel comte de Paris puisqu'il a été l’organe de presse du prince Henri d’Orléans entre 1934 et 1940 alors que celui-ci est en exil, en Belgique. Dauphin de France, Henri a 26 ans lorsqu’il prend la décision de faire partager ses analyses politiques personnelles aux partisans du retour de la monarchie, loin de tout maurrassisme ambiant. Entre le vieux maître et son apprenti, un conflit générationnel et idéologique qui ne tardera pas à être rendu public lors des événements du 6 février 1934.

Le Courrier royal d'Henri d'OrléansSportif, élancé, Henri d’Orléans fait l’unanimité chez les journalistes qui se risquent à l’interviewer et qui soulignent ses ambitions. L’histoire va suivre les péripéties de ce Lys de France qui conçoit la «  monarchie avec une base ouvrière et paysanne » comme on peut le lire dans le numéro de juin 1937, une institution qui est la seule «  qui peut assurer à notre Patrie, la stabilité et la continuité politique auxquelles aspire a nation » explique le prince en préambule de son premier numéro fondateur. Grâce à ce journal, Henri d’Orléans va exposer et développer sa pensée diamétralement opposée à l’Action française qui se réclame de lui et qui entend instaurer une monarchie antiparlementaire, décentralisée et traditionnelle. Il devient un hebdomadaire en 1935 et se dote d’une structure militante telle que l’actuel Courrier royal le connait aujourd’hui, en lien direct avec le secrétariat du comte de Paris. Entre le mouvement nationaliste et l’équipe d’Henri d’Orléans, un certain malaise qui va contraindre le prétendant à faire une mise au point et qui provoque une rupture entre Maurras et l'héritier qui ne supporte plus les verves judicieuses de l’académicien ni son goût pour le « césarisme et l’autocratie ». Charles Maurras continuera pourtant d’être fidèle au prince toute sa vie. A la revue du Courrier royal, les plumes de talent se succèdent  des passionnés, des auteurs connus, des royalistes non conformistes. Aujourd’hui encore au sein de la nouvelle équipe qui entoure Jean d’Orléans et qui entend s’étoffer, on retrouve cette tendance libéralo-conservatrice, un tantinet sociale, qui entend se prémunir de tout partisannisme. Un crédo que l‘actuel comte de Paris revendique régulièrement au grand dam des deux mouvements royalistes principaux. 

Le Courrier royal, voix du comte de paris« Le régime qui a divisé les français ne saurait les réconcilier » écrivait alors dans l'organe du prince,  Jean Loisy qui égratignait la IIIème république minée par les scandales et l’instabilité. Un air de « déjà-vu » en 2021 et qui donne au Courrier royal, une saveur toute particulière pour sa renaissance.C’est bien cet état d’esprit qui a amené les fondateurs du Courrier royal à promouvoir les activités de la famille royale et de se placer  également dans la ligne droite de ce que fut aussi le défunnt mensuel « l’Alliance royale », organe identique de l’Association des Amis de la Maison de France qui fut dirigée par Stéphane Bern dans les années 1980-1990. « La monarchie est un pouvoir incarné dans une famille, plus qu’un homme seul » et le Courrier royal d’Henri d’Orléans va s’employer à le rappeler en publiant des photos des différents membres de la maison d’Orléans dans la quasi-totalité de ses numéros. Des cartes postales sont mis en vente, des cellules se mettent en place dans les départements de France et va rapidement atteindre les 100 000 lecteurs. Son successeur compte déjà plus de 10 000 abonnés sur les réseaux sociaux qui se délectent des informations distillées à travers un design très moderne et stylisé. Un site qui a fait peau neuve et remisé au placard son prédécesseur « La Couronne » qui n’était plus du tout adapté. Tout est  combat de communication  chez les royalistes et face à lui, le « Courrier royal »  va devoir s’imposer à celui de « La Légitimité.fr », en version papier glacé qui défend les droits au trône de France de Louis-Alphonse de Bourbon, duc d’Anjou.

Outil certain de propagande de la Maison royale de France, le « Courrier royal » est aujourd’hui la voix et le relais du comte de Paris dans la presse, avec pour seule et unique mission  de préparer les esprits d’aujourd’hui au retour  demain de la monarchie.

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 16/05/2021

Ajouter un commentaire