Éric Zemmour, les royalistes et les bonapartistes. Enquête.

A l’approche des prochaines élections présidentielles de 2022, Éric Zemmour est un candidat qui cristallise les passions et qui ne cache pas son admiration pour Napoléon Ier, Jacques Bainville ou Charles Maurras. Drainant derrière lui les déçus d’une droite républicaine, catholique ou nationaliste, l’ancien journaliste de CNEWS a su autant séduire une large frange de la population française par ses discours « vieille France » que rassembler contre lui toutes les oppositions. Représentant officiellement 20% de l’électorat actuel, le leader de « Reconquête » tente de réunir monarchistes comme bonapartistes sous le logo de son parti tricolore. Avec plus ou moins de succès. Entre amour et désamour, une enquête de la Revue Dynastie.

Zemmour 1« Maurras exalta jadis les quarante rois qui ont fait la France ; il nous faut désormais compter les quarante années qui ont défait la France ».  Dans l’introduction de son livre « Un suicide français » (2014), Éric Zemmour n’hésite pas à citer le chantre de l’Action française (AF) comme référence. Un personnage indissociable de l’histoire de l’Entre-deux-guerres et du royalisme français qui continue de défrayer la chronique, sept décennies après son décès. Une « divine surprise » qui a de quoi faire frétiller les adhérents et sympathisants actuels de cette école de pensée, qui adhèrent volontiers aux idées du polémiste et qui (pour certains) n’ont pas hésité à rejoindre ses équipes, dirigeant même certaines cellules locales de « Génération Z ». « Nous sommes patriotes avant d’être monarchistes. Si le Bien commun passe par avoir un président comme Zemmour, alors très bien » confirme Antoine Beth, ancien porte-parole des maurassiens, cité par le quotidien « Le Monde ». L’engouement de la part de ces monarchistes est palpable comme le rappelle également « Times of Israël » qui a enquêté sur les soutiens politiques d’Éric Zemmour. La suite est à découvrir sur le site de la Revue Dynastie

Copyright@Frederic de Natal

 

Commentaires

  • NOEL Hugues
    • 1. NOEL Hugues Le 10/02/2022
    Je ne pense pas que les partisans de la République royale, fidèles au Comte de Paris, et fondamentalement démocrates se retrouvent dans un candidat xénophobe et...bonapartiste! Nous souhaitons, nous Français vivant au milieu d'une population multi-ethnique et multi--culturelle un Roi et une famille royale qui symbolise, qui construise notre unité nationale comme chez nos voisins espagnols, belges ou britanniques. Vive le Prince Jean !

Ajouter un commentaire