Une vague pourpre submerge le royaume de Thaïlande

Sœur du roi Rama X, Maha Chakri Sirindhorn est profondément aimée des Thaïlandais(es). Récemment menacée par des opposants à la monarchie alors que son escorte traversait Bangkok, c’est très spontanément que le royaume lui a apporté son soutien, inondant les rues et les réseaux sociaux de violet, la couleur préférée de la princesse.

Fille et sœur de roi, Maha Chakri Sirindhorn, 68 ans, est une princesse profondément révérée en Thaïlande. Reconnue pour ses nombreuses contributions caritatives, elle est autant appréciée des milieux modérés que conservateurs. Au décès de son père, Rama IX, en 2016, il a même été question qu’elle monte sur le trône des Chakri en lieu et place de son frère, le turbulent et controversé Rama X. Doté d’un caractère très humble, elle est une des rares membres de la famille royale qui échappe aux critiques des opposants à la monarchie. 

La princesse Maha Chakri Sirindhorn

Menacée par des opposants anti-monarchie

Le 4 février 2024, alors qu’elle traversait les rues de Bangkok, la capitale, sa voiture a été attaquée par des membres du mouvement « Tawan Thaluwang » qui se sont mis à la klaxonner. Si le convoi a pu s’extirper sans dommages et n’a pas paru affecter par les actions des antimonarchistes, la suite a tourné au pugilat. Présents, les monarchistes se sont rués sur les opposants et les ont affrontés près d’une centre commercial avant que la police n’intervienne pour séparer les deux groupes. Tantawan Tuatulanon, qui dirige le mouvement d’opposition, a été immédiatement arrêtée avec d’autres activités et va devoir répondre d'une accusation de crime de lèse-majesté. L’opposante, qui fait déjà face à une plainte du même genre depuis 2022, a affirmé à la police qu’elle ne savait pas que la princesse Maha Chakri Sirindhorn était à bord de la voiture et qu’elle avait agit ainsi car son convoi avait forcé le passage sur la route. Principale parti d’opposition qui a remporté les dernières élections législatives avant d’être privé du pouvoir grâce à une habile manœuvre des ultra-royalistes, Move Forward a apporté son soutien à Tantawan Tuatulanon mais s’est désolidarisé de ses actions.

 

 

Une princesse révérée par les Thaïlandais

Afin de montrer leur soutien moral à la princesse Maha Chakri Sirindhorn, les monarchistes ont incité les Thaïlandais à s’habiller de violet, la couleurs préférée de la sœur du roi et qui symbolise aussi son jiur de naissance. « Les gens de haut rang et les gens ordinaires ont uni leurs forces dans une vibrante expression de solidarité et d'admiration aux contributions infatigables de la princesse au royaume », n’hésite pas écrire sirupeusement le BNN Breaking dont il est facile de deviner le positionnement éditorial. « Dans une démonstration d'unité sans précédent, environ 10 000 personnes issues de divers horizons se sont rassemblées dans la province d'Uthai Thani, dirigées par le gouverneur Teerapat Katchamat. L'assemblée, composée de représentants du gouvernement, de dirigeants communautaires, de chefs de village, de citoyens et d'étudiants, s'est réunie pour chanter l'hymne national », poursuit le quotidien en ligne. « Cet acte de solidarité n’est pas seulement une performance mais un geste profondément symbolique de l'amour, du respect et de la gratitude du peuple envers la princesse Sirindhorn. Cela témoigne de son impact sur la vie de nombreuses personnes grâce à ses initiatives royales visant à favoriser l'éducation et le développement durable dans tout le pays » rapporte t-il. 

 

 

Un tsunami violet en soutien à la princesse 

Mais c’est très spontanément qu’un grand nombre d'internautes thaïlandais ont changé leurs couvertures Facebook et leurs photos de profil afin de les remplacer par celle de la princesse Maha Chakri Sirindhorn, inondant les réseaux sociaux avec un emoji devenu la tendance du moment dans la monarchie. D’autres ont utilisé un graphique réalisé par Arwin Intrungsi, doyen adjoint de la Faculté des arts décoratifs de l'Université de Silpakorn. L'œuvre d'art, qui représente la princesse marchant avec des cahiers à la main, suivant son défunt père SM le roi Bhumibol, est familière au public thaïlandais. L'autre photo qui reste populaire est une capture d’écran du clip de la chanson « Yard Ngue and Roi Yim » (Sweat Drops and Smiles), composée par Nitipong Hornark, un auteur-compositeur renommé, qui évoque le travail acharné et l’attitude humble de la princesse. Dans la foulée, députés et sénateurs, officiers militaires, soldats de la Chulachomklao Royal Military Academy dont la fille du roi Rama X a été une des commandantes, ont suivi le mouvement en se parant de la couleur de la princesse, ont multiplié les hommages quand d’autres ont manifesté leur amour à la famille royale dans les rues de la capitale.

De quoi rassurer l’institution royale qui reste fortement contestée par une jeunesse qui réclame toujours un retour à la monarchie constitutionnelle et avide de plus de démocratie en Thaïlande. Entre 2020 et 2022, le royaume a été secoué par une vague de manifestations menés par les étudiants avant que celles-ci ne soient étouffées dans l’oeuf par la junte militaire, soutien indéfectible du roi Rama X. 

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 23/02/2024

Ajouter un commentaire