Le prince Rafaël d'Orléans-Bragance appelle à l'unité des Brésiliens

Héritier présomptif de la couronne impériale du Brésil, le prince Rafael d'Orléans-Bragance a décidé de s’adresser aux Brésiliens pour les fêtes de Pâques et a lancé un appel à l’unité, pointant du doigt les dérives du gouvernement actuel.

Le 30 mars 2024, c’est un message enregistré et diffusé sur les réseaux sociaux qui a été délivré par le prince Rafaël d'Orléans-Bragance. Héritier de la couronne impériale du Brésil, il a exprimé son désir ardent de voir la nation brésilienne se rassembler à nouveau autour de ses principes fondamentaux.

Un message de Pâques très politique 

Dans un contexte marqué par des défis politiques, économiques et sociaux, le Prince de Grão-Pará a déploré ce qu'il a décrit comme un « dangereux alignement idéologique du gouvernement avec des régimes et des groupes incompatibles avec notre nature et nos traditions» au cours de son allocution. La Maison impériale, spécifiquement la branche des Vassouras, ne fait pas mystère de son opposition au gouvernement actuel dirigé par le Président d’extrême-gauche Lula da Silva, dénonçant régulièrement les affaires de corruption qui pèsent sur le chef de l’État et sa proximité avec des régimes controversés. Le prince Rafaël a également souligné l'importance de la famille comme pilier non négociable de la société, exhortant ses compatriotes à faire preuve de solidarité au délà de toutes barrières sociales, afin de construire un avenir commun fondé sur l'harmonie et le respect mutuel. Un appel à l'unité qui s'inscrit dans une volonté de renouer avec les valeurs ancestrales qui ont forgé l'identité brésilienne.

Un appel à l'unité et la solidarité

Outre les défis internes, le prince Rafael a également évoqué la position du Brésil sur la scène internationale, soulignant les tensions croissantes et les conflits auxquels le pays est confronté. Il a plaidé en faveur d'une politique étrangère alignée sur les valeurs et les intérêts nationaux, tout en appelant à un retour du Brésil sur le devant de la scène mondiale, à l'instar de son passé glorieux sous le règne de Dom Pedro II. Second et dernier monarque du Brésil, son aïeul a été renversé par un coup d’Etat en 1889, peu de temps après la décision de la monarchie d’abolir l’esclavage dans l’Empire. Dans l'esprit de cette célébration chrétienne, il a invité tous les Brésiliens à s'unir pour construire un avenir prometteur, où règnent la paix, la prospérité et la justice pour tous.

Un prince célibataire qui cherche sa princesse 

Raphaël d'Orléans-Bragance, 37 ans, est le second fils d'Antônio d'Orléans-Bragance, (né en 1950), et de la princesse Christine de Ligne (née en 1955). Après ses études à l'Université pontificale catholique de Rio de Janeiro, ce polyglotte a travaillé un temps en France comme vendeurs de biens immobiliers avant d’intégrer la société AmBev, filiale du groupe brassicole belgo-brésilien Busch Inbev. Le prince aurait été brièvement en couple avec l’actrice et organisatrice de soirées mondaines Talita Vaccaro selon divers médias. Certaines rumeurs font aussi état d'une relaation avec Margherita delle Piane, issu de l'aristocratie génosie.  « Les gens ont une affinité naturelle lorsqu'ils partagent les mêmes valeurs, donc ce que j'espère, c'est trouver une personne qui me complète et me rend heureux.», déclare le prince Rafaël, tentant de balayer toutes spécualtions à ce propos alors que les inquiétudes de ses partisans sur le sujet de son célibat ne cessent de croître.

Un prince profondément monarchiste 

Profondément monarchiste, le prince Rafaël jouit d'une certaine popularité parmi les partisans de la branche Vassouras. Lors des précédentes manifestations anti-gouvernementales, on l’a vu distribuer des tracts en faveur de l'institution impériale. Il n'hésite pas à prendre  la parole durant les rencontres annuelle monarchiques organisées à Rio de Janeiro. Faisant fi des caricatures qui accompagnent  régulièrement son cher « Pais tropical », samba, liberté sexuelle et football (qu’il apprécie toutefois) sont remplacés par Dieu, rigueur et le respect de la tradition. En costume trois pièces, il incarne le charme à la brésilienne  et on se presse pour faire un selfie avec le « Príncipe Imperial do Brasil ». « Depuis que je suis petit, mes parents nous ont formé pour être à la disposition et au service de notre pays.», affirmait d'ailleurs le prince Rafael lors d’une interview donnée au « Herdeiros do Porvir », le magazine monarchique du Brésil. « Je dois toujours être au service de la nation et cela me semble de plus en plus évident au fur et à mesure que je multiplie mes engagements, que je prends des responsabilités au sein de la cause monarchique. Je travaille dans un seul but majeur, pour le bien du Brésil et des Brésiliens. Même si je ne suis pas appelé à monter sur le trône, ma mission est de laisser derrière moi un héritage pour les générations futures afin que celles-ci contribuent à fonder un Brésil meilleur que ce qu’il n’est aujourd’hui. », explique t-il.

Croit-il dans les chances d’une restauration de la monarchie ? Oui, « j’ai beaucoup d’espoirs que cela se réalise  et avec elle de meilleurs jours à venir pour le Brésil. », affirme le prince impérial qui accuse la République d’avoir bercé « d’illusions » les Brésiliens. « Nous devons nous unir autour d’un même idéal, des valeurs et des principes fondateurs de notre pays et nous pourrons atteindre notre objectif, celui d’imposer notre nation au sein du concert mondial.», renchérit Rafaël d'Orléans-Bragance ne cachant pas qu'il a quelques ambitions personnelles. Aujourd'hui seuls 20% des Brésiliens souhaitent le retour de la monarchie. Une tentative de réferendum sur la question a été soumise, entre 2017 et 2018,  mais n'a pas été approuvé par le Sénat.

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 01/04/2024

Commentaires

  • Sergio Guedes
    • 1. Sergio Guedes Le 01/04/2024
    S. A. I. R. a raison d'appeler à l'union et à signaler les dangereuses dérives idéologiques d'un gouvernement aux valeurs contraires aux traditions et à la culture nationales.

Ajouter un commentaire