Mohammed VI lance un avertissement aux élus du royaume

Dans un discours prononcé lors d'un symposium marquant le 60e anniversaire de la constitution du premier Parlement élu dans le royaume du Maroc, le roi Mohammed VI a lancé un appel en faveur de la moralisation de la vie parlementaire dans le pays. 

Le roi Mohammed VI a décidé de remettre les pendules à l’heure. Le 17 janvier, par l’entremise du président de la Chambre des représentants, Rachid Talbi Alami, il s’est adressé aux élus du Parlement. Un discours qui est loin d’être anodin puisqu’il intervient après une série de scandales judiciaires impliquant des députés et qui a contraint le pouvoir royal a révoqué deux parlementaires accusés de corruption. Pis, d’autres élus, de nombreux hommes d'affaires, ou encore chefs d’entreprise de premier plan se sont retrouvés dans l’œil du cyclone, compromis dans une vaste affaire de trafic de drogue, dite de « Pablo Escobar du Sahara » qui secoue toute la société marocaine en raison de son ampleur. Les enquêtes sont en cours, laissant présager de possibles nouvelles arrestations, y compris celles d'autres élus comme l’explique le mensuel Jeune Afrique dans une de ses éditions en ligne. 

 

 

Le souverain exige la fin des pratiques de corruption qui sévit au sein des élus de la Nation

De quoi provoquer à juste titre l’ire royale. Mohammed VI est sorti de sa réserve et a appelé à moraliser la vie parlementaire « par l'adoption d'un code de déontologie juridiquement contraignant pour les deux Chambres de l'institution législative ». Une décision qui reflète une volonté claire de mettre fin à certaines pratiques qui mettent à mal l’image d’une monarchie réputée internationalement. Un véritable rappel à l'ordre destinés aux partis politiques et leurs élus dont le monarque chérifien exhorte à mettre de côté les calculs partisans au profit des intérêts supérieurs de la nation et des citoyens. Egalement à favoriser la création « d ’une synergie entre la pratique de la démocratie représentative et celle de la démocratie participative, affiner le profil des élites parlementaires et élues et favoriser un accès accru des femmes et des jeunes aux institutions représentatives». Une démarche qui « a pour visée ultime de contribuer à la consolidation de l’Etat de droit et des institutions, lequel est adossé aux principes de séparation des pouvoirs et de reddition des comptes » a déclaré le fils du roi Hassan II,  cité par le quotidien Le Dialogue.

La déclaration du roi Mohammed VI, toujours populaire selon les divers sondages réalisés sur ce sujet, marque un tournant majeur dans la politique marocaine, soulignant la nécessité d'une gouvernance transparente et éthique pour garantir l'intégrité du processus démocratique dans le pays.

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 23/01/2024

Ajouter un commentaire