Le gouvernement sud-africain maintient le roi Misuzulu sur son trône

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé son intention de faire appel d'une décision de justice qui  rend « illégale » et « invalide » la nomination du roi Misuzulu comme monarque des Zoulous. Une action intentée par la branche du prince Simakade Zulu qui prétend être le véritable successeur légitime au trône des fils du ciel.

Le 13 décembre 2023, le gouvernement sud-africain a annoncé que Cyril Ramaphosa allait faire appel de la décision de justice annulant sa reconnaissance officielle du roi Misuzulu kaZwelithini comme monarque de la nation zouloue. En effet, la Haute Cour du Nord Gauteng à Pretoria a jugé que le Président n'avait pas respecté la procédure régulière conformément à l’article 3 de la Loi sur le leadership traditionnel de 2019, en n’instituant aucune commission d'enquête sur le différend opposant plusieurs branches de la maison royale pour le trône du Zoulouland.

La monarchie contre-attaque

C’est en 2021 que le roi Misuzulu est monté sur le trône de ce royaume traditionnel-l ’un des plus importants d’Afrique du Sud avec 10 millions de sujets- après le décès du roi Goodwill Zwelithini, son père. Une succession fortement contestée par une branche rivale, dirigée par son demi-frère, le prince Simakade Zulu, qui accuse le monarque de falsification testamentaire. De fortes tensions ont éclaté au sein de la maison royale (avec de possibles cas suspects d'emposinnement) qui ont retardé le couronnement de Misuzulu. Un sacre qui a été finalement organisé 15 mois après l'accession au trône de Misuzulu. Invité, le président Cyril Ramaphosa lui avait remis le certificat de reconnaissance qui le confirmait dans ses droits et ses regalia.

Le souverain amazoulou a annoncé avoir renvoyé son équipe d'avocats pour ne conserver celle qui lui avait été adjointe par feu le prince Mangosuthu Buthelezi, laissant suggérer que la monarchie s'apprête également à contre-attaquer devant les tribunaux. La décision du président Cyril Ramaphosa de maintenir le roi Misuzulu en place pourrait d'ailleurs faire jurisprudence à l’avenir et potentiellement influencer l’interprétation des lois coutumières dans la nomination des futurs monarques sud-africains.

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 20/12/2023

Ajouter un commentaire