Le roi Charles III, la COP28 et sa cravate aux accents grecs

Lors d’un discours passionné, Charles III a exhorté les différents participants à la conférence sur le climat COP28 à prendre des mesures rapides et résolues pour protéger une planète dont la nature n’arrive plus juguler les agressions constantes par la main de  l’Homme. 

Porte-parole de la lutte contre le réchauffement climatique, le roi Charles III a été invité à prendre à la parole à la COP28, la conférence annuelle sur le climat qui se déroule aux Emirats arabes unis (EAU). « Les espoirs du monde reposent sur les chefs d’État et de gouvernement » a déclaré le monarque britannique à Dubaï. Il a exprimé le souhait que la COP28 soit un « tournant crucial vers une véritable action transformationnelle ». « La Terre ne nous appartient pas, nous appartenons à la Terre » a souligné Charles lors de la deuxième journée de cet important événement qui se déroule jusqu'au 12 décembre, critiqué par diverses associations écologiques. Le fils de la reine Elizabeth II a également mis en garde contre l’indifférence face aux dégâts écologiques constatés partout dans le monde. « Les records sont désormais battus si souvent que nous nous sentons peut-être immunisés contre ce qu'ils nous disent réellement » a déclaré le roi Charles III, citant les données des chercheurs sur les températures toujours plus chaudes chaque année. « Nous menons une vaste et effrayante expérience visant à modifier toutes les conditions écologiques, d’un seul coup, à un rythme qui dépasse de loin la capacité de la nature à y faire face » s’est inquiété le souverain. 

Charles III, porte-parole de la lutte contre le réchauffement climatique à Dubaï

« Malgré certains progrès, les signes avant-coureurs du changement climatique restent ignorés » a pointé du doigt le roi « Des progrès importants ont été réalisés, mais je suis très inquiet que nous nous soyons si terriblement égarés. (…) La quantité de CO2 et de méthane dans l'atmosphère a considérablement augmenté, ce qui peut avoir des conséquences dévastatrices sur les moyens de subsistance dans le monde entier » a renchéri le monarque, très applaudi. Charles III milite depuis des décennies en faveur de l'environnement et de la nature. Il avait ouvert la COP21 à Paris en 2015 alors qu'il était toujours héritier du trône. En tant que roi, il ne peut cependant plus s'exprimer avec autant d'acuité qu'auparavant, car il est obligé de maintenir une stricte neutralité politique. Il y a quelques semaines, Charles III a dû annoncer, lors de l’ouverture du Parlement, la mise en place de des projets controversés par le gouvernement conservateur britannique visant à accroître massivement la production de pétrole et de gaz en mer du Nord.

La cravate portée par le monarque, lors de ce discours, a été aussi l’objet des attentions. Constellée des armoiries grecques, un pays auquel il est particulièrement attaché en raison des origines de son père, Philip Mountbatten, divers médias ont interprété cette cravate comme un possible soutien aux retour des sculptures du Parthénon en Grèce. Plus tôt cette semaine, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a brusquement annulé une rencontre en face-à-face avec le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis après une interview avec la BBC dans laquelle ce dernier a  décrit la conservation des marbres de ce célèbre monument, gardés au du British Museum et que la Grèce réclame, comme étant comparable à une Joconde coupée en deux.

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 01/12/2023

Ajouter un commentaire