Albert II : Sauver ensemble les océans

Le prince Albert II à la COP26 © Gaetan Luci / Palais PrincierEngagé dans la protection des océans, le prince Albert II a prononcé un discours à l'université d'Edimbourg appelant les participants de la Cop26 à mieux collaborer ensemble afin de protéger ce trésor de l'humanité qui est essentiel à la vie de la planète.

C'est en famille que le prince Albert II est venu à la Conférence des Parties (COP26), le 2 novembre. Accompagné de ses jumeaux, le souverain du célèbre Rocher a lancé aux côtés des dirigeants internationaux un appel à protéger les océans, une initiative baptisée « Because the Ocean », lors d'une soirée spéciale organisée à l'Université d'Edimbourg. Très engagé dans la protection des mers, qui recouvrent 71% de la planète, le prince Albert II a réclamé « une meilleure prise en compte des liens qui unissent les océans, le climat et la biodiversité et à proposer des mesures plus ambitieuses pour protéger les océans et lutter contre le réchauffement climatique » indique Monaco News qui couvrait l'événement.

« Nous devons explorer pleinement le rôle de l'océan et nous efforcer de mieux connaître, développer les outils de conservation, renforcer les moyens mis en œuvre pour promouvoir, améliorer et mieux prendre en compte les outils de conservation toutes les négociations des Nations unies » a déclaré le prince Albert II aux participants et qui reste un véritable enjeu dans le combat mené par les pays délégués de la COP26. En effet, selon le fils du prince Rainier III, une autre figure engagée dans la protection des océans comme ses prédécesseurs avant lui, le rôle essentiel des océans dans la régulation du climat est d'une importance majeure puisqu'ils absorbent plus de 25% des émissions de CO2 et 90% de l'excès de chaleur dû au réchauffement de la planète.

Photo de groupe avec Albert II à l'université d'EdimbourgAlbert II a appelé les « signataires à œuvrer pour éliminer progressivement les émissions de gaz à effet de liées au transport maritime international, à favoriser le développement de sources d'énergie renouvelables propres en mer et à plaider pour le renforcement des sources publiques et privées de soutien à l'adaptation au climat et à l'atténuation de ses effets sur l'océan ». Manifestant une certaine irritation vis-à-vis des pays qui n'ont rien fait depuis l'accord de Paris, signé en 2015, également année de création de sa fondation « Because the Ocean », et qui ne semble pas avoir compris le défi capital auquel ils font face, Albert II garde néanmoins espoir. Il a de nouveau martelé aux participants qu'aujourd'hui il y a « des solutions existantes, protectrices de la nature et porteuses de progrès pour les hommes », précisant toutefois qu'ils « doivent s'engager avec le GIEC pour atteindre au mieux les objectifs fixés par les conférences précédentes » .

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 04/11/2021

Ajouter un commentaire