La princesse Charlène de Monaco s’explique dans une interview

Charlène et Albert de Monaco, leurs enfantsPartagé sur sa page Instagram, un réseau social qu’elle apprécie particulièrement, la princesse Charlène a décidé de prendre la parole après sa dernière intervention chirurgicale. Dans cette interview, elle déclare qu'elle « a hâte de rentrer chez elle afin de retrouver ses enfants qui lui manque », expliquant les raisons premières de son séjour en Afrique du Sud et son implication dans le conflit qui divise la maison royale zoulou. Un entretien où, curieusement et pas une seule fois, elle ne fait référence à son mari, le prince Albert II, laissant sous-entendre que son retour, maintes fois annoncé par le Rocher, ne serait que temporaire. 

Charlene ses enfants et Albert II« S'il y a une mère là-bas qui a déjà été séparée de ses enfants pendant des mois, je pense qu’elle ressentira la même chose que moi ». La princesse Charlène de Monaco a accordé une interview à une radio afin d’expliquer les raisons qui l’ont poussé à venir en Afrique du Sud, son pays d’adoption qu’elle a représenté comme nageuse porfessionnelle aux jeux olympiques de 2000.  « Je suis venue en Afrique du Sud pour superviser certains projets de ma fondation. J'étais malade à l'époque, sans le savoir. Naturellement, je me suis fait soigner immédiatement dès que je l’ai découvert et cela s’est infecté. Malheureusement, cela me cloue au sol depuis quelques mois ici » a expliqué la princesse qui n’a toutefois pas précisé la nature de sa maladie. Un séjour prolongé qui a suscité l’intérêt de toute la presse internationale. Des médias qui se demandent plutôt s’il n’y a pas du « rififi » dans le ménage princier. Dans la principauté, si on temporise sur cette absence qui dure depuis 9 mois, les monégasques semblent moins patients qu’Albert II et s’agacent du comportement de leur princesse visiblement trop à l’étroit sur son Rocher. Ses transformations capillaires, parfois extrêmes, son refus de participer aux cérémonies officielles, ses sourires forcés ont achevé le peu de crédit que la princesse avait réussi à accumuler sur ce qui ressemble de moins en moins à un conte de fée. En dépit de la communication distillée par le palais princier (qui semble avoir photographiquement mis en scène les dernières retrouvailles du prince et de son épouse ) et qui dément fortement toutes rumeurs de divorce. 

Le roi Misuzulu et la princesse Charlène @InstagramRevenant sur sa rencontre surprise avec le roi MisuZulu, souverain contesté de la nation amazoulou, la princesse s’est dit inquiète de la montée des tensions en cours dans la province mais se défend de toute action politique personnelle. « Il est important que l’unité demeure » en Afrique du Sud » a déclaré Charlène de Monaco qui souhaite aussi « transmettre sa force » à cette communauté ethnique très divisée. « Évidemment, je n’entends pas me mêler de ce qui se passe actuellement sur le plan politique. Mais les gens doivent mettre leurs différences de côté et penser aux générations à venir et moins à eux-mêmes » a ajouté la princesse, très proche de la maison royale. Elle a d’ailleurs été la seule « royale » aux funérailles du roi Goodwill Zwelithini kaBhekuzulu, en mars dernier. Afin de montrer son soutien au nouveau roi, elle n’a pas hésité à publier une photo où elle pose avec lui, avec en arrière-fond musical, le générique de la série à succès « Shaka Zulu ». Symbolique en soi. « Trop d'accent sont mis sur nous-mêmes et moins sur les générations futures à venir. Sur quoi doivent-ils se retourner ? Qui est leur guide ? » pose comme question Charlene Wittstock qui plaide pour un « retour des valeurs traditionnelles » au Kwazoulou.  

Sauver les especes en danger @INSTAGRAMPas une seule fois dans l’interview qui dure moins de cinq minutes et écoutée par 65000 personnes , la princesse ne prononce le nom de son mari, Albert II. La presse anglophone n’a pas tardé à spéculer de nouveau sur une éventuelle séparation du couple princier. D’autant que le fils de Rainier III et de Grace Kelly fait face à une nouvelle demande en paternité et un test ADN qu’il refuse d’effectuer, invoquant « son immunité souveraine ». Que dire de l'apparition à Monaco de la mère d'Alexandre Grimaldi-Coste, Nicole Tossoukpé-Coste, qui a soudainement fait les titres de la presse pour les 18 ans de son fils né d'une relation avec Albert II ?  « Je suis déterminée à revenir et à poursuivre le travail que j'ai entrepris de faire comme je l'ai fait dans de nombreux pays d'Afrique et d'Afrique du Sud » a d’ailleurs déclaré la princesse qui souhaite se focaliser sur les problèmes environnementaux du continent originel de l’homme.

« Conservation, préservation, restauration et éducation. C'est ce que ma fondation défend. Nous sauvons des vies et je ne peux laisser des espèces entières s’éteindre sans faire quelque chose pour stopper ce problème » rappelle-t-elle. « Je me sens beaucoup mieux depuis ma dernière opération » a tenu à rassurer la princesse Charlène, désormais attendue dans la principauté où se préparent à la recevoir Gabriella et Jacques, ses enfants. Pour le meilleur ou le pire à venir. 

Copyright@Frederic de Natal

Date de dernière mise à jour : 18/10/2021

Ajouter un commentaire